« Selfie Littéraire » avec Christophe Fourvel les 30, 31 janvier et 8 février

Christophe Fourvel, écrivain propose de disposer au CDI du collège ou dans d’autres lieux « stratégiques » de l’établissement, des « urnes littéraires ».

À côté de chaque « urne littéraire », il y a des petits papiers et un stylo. Les participants sont invités à se saisir d’un ou deux de ces petits papiers et d’un stylo et à inscrire une phrase sur chacun de ces papiers. Ils peuvent, bien entendu, faire cela chez eux ou sur place. Ces phrases ont la lourde tâche de parler d’eux. C’est une phrase personnelle, intime, qui restera anonyme. Elle dit « je ». Elle exprimera un désir, un souvenir, une colère, un plaisir, une humeur, un attachement… Elle pourra être banale (ex. : j’aime les animaux) plus surprenante (ex. : je mélange souvent un chewing-gum à la fraise avec un réglisse) voire franchement loufoque (ex. : chaque fois que j’entends un orchestre symphonique, j’ai envie de manger un gigot d’agneau). Elle devra surtout être sincère !

Ce dispositif est mis en place, après que Christophe Fourvel ait rencontré chaque classe d’élèves concernée pendant une petite demi-heure. L’objectif est de recueillir le plus grand nombre de phrases. Ces phrases constitueront un texte collectif écrit par tous les participants.

Christophe Fourvel interviendra bien entendu, pour mettre en forme ces phrases, pour les organiser, donner un rythme à l’ensemble, pour éviter les redites… et les fautes d’orthographe. Le texte pourra ensuite être lu collectivement, enregistré, affiché, (…) dans le plus grand nombre d’endroits possibles !

Il constituera une photographie de groupe instantanée des enfants du collège que l’on peut appeler «selfie littéraire » !

Bien entendu, cette initiative peut être élargie à l’ensemble des adultes travaillant dans l’établissement… Et le texte final peut aussi être diffusé à l’extérieur du collège (librairie, médiathèque, etc)

Par souci d’une plus grande efficacité et pour s’assurer de la participation d’un nombre maximum d’élèves, Christophe Fourvel demandera qu’une phrase par élève soit écrite pendant son intervention dans la classe et mise dans une urne « ambulante » qu’il trimballera avec lui. Une deuxième voire une troisième phrase pourront être écrites ensuite, avec plus de recul et de réflexion, et disposées dans les boites disséminées dans l’enceinte scolaire.

Une valorisation de ce travail palimpseste, une suite graphique ou théâtrale est envisageable et possible… Que le selfie devienne quelque chose d’autre… de visible et/ou d’audible, voir même d’édifiant…